top of page

Constellation 

Sara agustina

Sara Agustina

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Pinterest
  • Tumblr Social Icon
  • Instagram
SARA AGUSTINA

BIOGRAPHIE

 

Artiste visuel, peintre, illustratrice, tatoueuse handpoke et gestionnaire culturel.

 Agustina est une personne non binaire et antipatriarcale de la ville de Cali, avec un accent sur les arts plastiques, audiovisuels et graphiques. Actuellement, elle se concentre spécifiquement sur la peinture, l’illustration éditoriale, l’illustration d’affiches et le tatouage handpoke.

DÉMARCHE ARTISTIQUE

 

Elle est co-fondatrice y du collectif Trescruces, qui a fait partie du circuit des espaces culturels indépendants de Bogota sur le circuit Arteria en 2018 et qui promeut la culture maintenant dans la ville de Cali à travers des ateliers, des foires graphiques, des forums du cinéma, touches, fêtes, événements et manifestations culturelles axés sur le genre et le féminisme, qui dispose également d’une étude graphique mettant l’accent sur la marque, l’illustration et la peinture murale. Agustina a été l’apprenti peintre du maître Pedro Alcántara dans son atelier en 2019.

 

OEUVRE

Son œuvre est centrée sur le genre et le féminisme, elle exprime son point de vue à travers des manifestations telles que : la peinture, l’affiche, les tatouages, les arts plastiques et audiovisuels. Dans son travail artistique, Augustina fait une profonde réflexion sur ce que signifie le féminisme de nos jours.

Cette sélection d’images entre peintures, dessins et illustrations numériques est un regard sur un univers Cuir (queer) et dissident de genre. Exposé comme une constellation qui se construit entre des récits personnels et intimes et des fenêtres qui parlent d’un contexte social exposé à la systématisation de la violence et de la discrimination. On y voit des personnages en forme de portrait ou en action arrétée soit en interaction avec un autre, soit en solitude, ainsi que des éléments réinterprétés tirés de l’iconographie religieuse et d’autres symboles qui créent un écosystème non seulement de carctères mais aussi de techniques.

Texte de Sara Augustina 

2 andrea barragan portrait.jpeg

Andi

ANDI

BIOGRAPHIE

 

Andi Barragán est un artiste visuel diplômé en 2009 de l’Université Javeriana en mention plastique. Il a développé des projets en faveur de  l’activisme transfeministe comme positionnement politique. Il a participé dans différents projets tels que : Instituto Latinoamericano de Sexualidad y Política. (MX), Reconference 2019, Rethink, reboot, Reimagine.

CREA (NPL), Pachaqueer. (ECU) , Queer infection Lab 2018. (IT) entre autres.

Il travaille actuellement dans l’équipe éditoriale de la Revue "Vozal" et participe à des collectifs féministes comme "Crisálidas y Tigras del sur" avec lesquels développent des projets liés à l’autodéfense féministe et à la déconstruction de l’amour romantique en faveur de la réduction de la violence sexiste.

 

DÉMARCHE ARTISTIQUE 

 

Depuis le début de sa trajectoire artistique, il a exploré l’identité comme lieu d’énonciation, de cette façon surgissent différentes réflexions dans lesquelles elle commence à se demander :

 ¿qui est elle à quoi elle appartiens ?, ¿Qu’est-ce que le genre et qu’est-ce la définit en tant que femme ou en tant qu’homme ?, ¿Qu’est-ce que c’est d’être une femme en tant que lesbienne ?.

 

Plus tard, quand il développe son projet de degré "Be", il fait face à la problématique du sujet lesbien avec une perspective plus large, ce qui la conduit à changer la façon d’aborder le sujet; avec cette tournure d’investigation la question de l’identité est redéfinie, plaçant son inquiétude sur la violence de la discrimination dans la régulation du genre, dans cette perspective, il se propose de trouver des formes d’action qui vont permettre de dynamiter ou de subvertir le système sexe/genre/désir et ainsi la question de l’hétéronorme; Pour cela, il a employé différentes stratégies qui s’éloignent des pratiques artistiques conventionnelles, où la production artistique comprend une action directe en contexte.

 

OEUVRE

 

Son œuvre est orientée vers le courant du travestissement depuis l’auto-représentation lesbienne comme stratégie subversive contre le système sexe/genre / désir.

Le fanzine comme intervention sur les flux des discours dominants sur la représentation féminine adoptée par les mouvements Riot Grrrl,

L’affiche et le collage comme étude et critique de la représentation officielle de la féminité.

Ces formes de création qu’elle a incorporées dans son projet de degré ont déclenché en elle une conscience politique qui l’a conduite à encadrer son travail dans l’Activisme comme stratégie active qui lui permet à travers la création d’apporter une contribution aux changements sociaux et aux résistances.

 

« Pendulaire » est un exercice créatif qui tourne autour de l’autoportrait, un va-et-vient qui revient rarement une image fidèle de l’image qu’il représente. C’est un graphisme instantané et en mouvement, qui raconte cette inquiétude inextricable de ce que peut être l’habitation et la réflexion à travers le dessin sur qui on est.

Texte de Andi

3 Paulo Sebastian Mesa Vacca portrait .j

Sebastian Mesa

SEBASTIA MESA

BIOGRAPHIE

 

Graphiste  et Artiste,  Master en études culturelles (MRES) et candidat à Master  en histoire de l’art  (MA) de l’Université des Andes  (Bogota, col), vit et réside à Bogota, en Colombie.

Il a enseigné dans plusieurs universités en Colombie,  comme L’université Cooperativa de Colombia, L’académie d’arts Guerrero et l’université del Bosque où il enseigne actuellement l’histoire de l’art Il a développé des recherches et des conférences à l’Université des Andes (col) 

Université El Bosque (col), Université de district Francisco José de Caldas (col) et la Fondation Carulla AEIOTU (col).

 

DÉMARQUE ARTISTIQUE

Il a participé et participé à des projets éducatifs d’institutions comme les Musées d’Art de la Banque de la République (MAMU), Musée d’Art Moderne de Bogota (Mambo). Il a été pair académique de Revista Cuadernos de Música, Artes Visuales y Artes Escénicos. Il a collaboré en tant que conservateur à des festivals comme le KUIR Bogota Fest et la Galerie Casas Riegner. Il a réalisé des projets de direction d’art et photo pour des productions de voice productions.

 

 

OEUVRE

Son travail s’intéresse à la culture visuelle, le design, l’image, le cinéma et l’éducation comme axes qui lui permettent de faire des analyses sur la construction de subjectivité dans un projet de colonisation/pouvoir/modernité et l’esthétique contemporaine. Ainsi, ses propositions mettent l’accent sur les discussions sur la culture et la vision, les médias, la culture populaire, les paradigmes culturels de (race, classe, genre, âge, nation), la théorie queer, la colonisation, le design et l’architecture. Il approfondit à son tour la production graphique-plastique, audiovisuelle, écrite et académique comme de propositions éducatives.

 

"Une place dans le monde", 2021

 

Est une expression populaire qui nous rappelle le début d’une histoire, son lieu d’énonciation. La réponse est une préoccupation récurrente quant à l’endroit où les choses apparaissent, s’énoncent et s’inscrivent dans le discours, où elles opèrent matériellement. C’est aussi le lieu pour se penser comme chacun de nous a été construit et penser à ce lieu de l’enfance où tout était difficile à verbaliser mais qui opèrent les circonstances avec une certaine naturel au milieu de l’impossibilité de nommer. Cette dernière caractéristique des revendications de genre, d’ethnie et de race.

Ce lieu où énoncer, que nous n’avons pas encore trouvé, a été un prétexte pour partager et découvrir des discours qui sous-tendent les rencontres et les mémoires. C’est un retour dans le passé pour penser à l’avenir et trouver les indices qui nous ont menés là où nous en sommes. Une recherche qui nous permet de nous retrouver avec ces images afin de  nous interroger sur notre place dans la représentation. Dans la façon dont nous nous sommes construits en tant qu’image.

 

Ce projet se compose d’éléments de deux séries : Châteaux de Vapeur et Les Noms de Dieu, qui ont été deux approximations dialoguant entre les processus de la construction d’intériorité, subjectivité qui révise dans le passé de l’enfance le contraste avec l’expérience de jeune adulte gay dans la ville et un processus de prise de parole et d’énonciation dans l’espace institutionnel d’un musée qui conserve une église coloniale franciscaine du XVIe siècle.

Texte de Sebastian Mesa 

4 richard optarnic Portrait.jpeg

Richard Otparlic